Le cinéma italien

Nous vous proposons une sélection de films italiens. Comme nous sommes des amateurs de cinéma, et a fortiori de cinéma italien, nous avons décidé de vous présenter un choix éclectique de productions italiennes allant de Fellini, que l’on ne présente plus, à des réalisateurs moins connus mais aussi talentueux, tel Gianni Serra.




Présentation de quelques films italiens sous-titrés en français.

« LA RAGAZZA DI VIA MILLELIRE » est un long métrage de Gianni Serra (Drame de 1980) qui se déroule à  Turin (Torino), et plus précisément dans le quartier de Mirafiori, en périphérie sud de la ville. Cette zone de Turin est connue car elle abrite les usines de la FIAT où travaillaient de nombreux ouvriers originaires du sud de l’Italie. Les dialogues, d’un réalisme stupéfiant, traduisent la rencontre entre les piémontais de naissance, à travers quelques expressions locales «  » ou « Dio Fa« , et les gens du sud, que l’on nomme dans le nord « terroni » (ce terme est péjoratif, qui a pour racine le mot « terre » – dans le film, ce terme est traduit pas le mot « péquenot », qui n’est pas juste à notre avis, car il ne renvoie pas à la dimension raciste du terme), qui eux utilisent certains expressions, ou gros mots, qui leur sont propres. Ce film, que nous qualifierons de « réaliste » et « social », retrace la vie d’adolescents « difficiles », et notamment Betty, une jeune fille de 13 ans qui décide de fuguer. Durant son périple, elle fera la rencontre de personnages plus ou moins bien intentionnés. Cette histoire a fait scandale lors de sa sortie. Le journal Il Manifesto, dans un article daté du 13 mars 2020, annonce que ce film est de nouveau commercialisé en version digital (HD), preuve qu’il est un révélateur d’une époque.


 

« Il Bidone », que l’on peut traduire par « L’arnaque » a été réalisé par Federico Fellini en 1955. Trois escrocs, Augusto, Roberto et Picasso, parcourent l’Italie en quête de nouvelles victimes. Leur combine favorite consiste à se déguiser en hommes d’église pour abuser certains fidèles trop crédules…


 

« La ricotta » (Le Fromage blanc) est un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini. C’est le 3e des quatre sketches du film Rogopag sorti en 1963.
Un réalisateur reconnu tourne une version de la Passion du Christ. Sur le plateau entre les prises, les acteurs passent le temps. L’un d’entre eux, Stracci n’a qu’une idée en tête : trouver à manger… (Wikipedia)


 

« La Couronne de fer » (titre original : La Corona di ferro) est un film italien réalisé par Alessandro Blasetti, sorti en 1941.
La « couronne de fer » est une sainte relique dotée de pouvoirs magiques, d’après la tradition. Plusieurs rois se la disputent. Sedemondo, un usurpateur va tenter de la détruire, mais le jeune Arminio va l’en empêcher. (Wikipedia)


 

« Mr scarface padroni della città » est un film policier italien tourné en 1976 par Fernando Di Leo.
Un Gangster balafré surnommé Scarface, se voit poursuivi par la vengeance d’un jeune homme. En fait, c’est le fils de l’homme qu’il a tué lorsque ce dernier le marqua au visage.(Allociné)

Présentation de quelques films italiens en version française.

 

« Le Casanova de Fellini » (Il Casanova di Federico Fellini) est un film italien de Federico Fellini sorti en 1976 et proposant une version de la vie de Giacomo Casanova, aventurier, grand séducteur, espion et écrivain. Librement inspiré des Mémoires de Casanova, le projet de Fellini est de retourner négativement l’image du grand séducteur italien. Les obsessions sexuelles felliniennes ne se reconnaissent pas dans un personnage perçu explicitement par le réalisateur comme puéril et égoïste. (Wikipedia)





 

« Le Décaméron » (titre original : Il decameron) est un film franco-germano-italien de Pier Paolo Pasolini, sorti en 1971.
Dix histoires de dupes du Décaméron, revues et corrigées par Pier Paolo Pasolini. (Wikipedia)


« La loi c’est la loi » est un film franco-italien réalisé en 1958 par Christian-Jacque qui réuni deux immenses acteurs que sont Fernandel (Ferdinand Pastorelli)  et Totò (Giuseppe La Paglia). Le village d’Assola, à cheval sur la frontière franco-italienne, possède deux mairies et deux gendarmeries. Aussi la loi intéresse-t-elle tout le monde, qu’il s’agisse de la respecter, de la faire appliquer ou de la violer. Ferdinand, le douanier, et Giuseppe, le contrebandier, deux vieux ennemis, ne cessent de jouer au chat et à la souris. Le jour où Giuseppe se fait coincer par Ferdinand pour «excès de contrebande», il sort sa botte secrète. Il révèle aux villageois médusés l’authentique histoire de Ferdinand, né sur une table de cuisine bel et bien italienne. Déchu de sa nationalité et déshonoré, le douanier traverse une partie du village pour regagner sa patrie, où l’attendent son ex-épouse, une situation de bigame et moult tracas… (Télérama)


« Le rêve italien » est un film franco-italien de Michele placido de 2010.
Nicola, un beau jeune homme de la région des Pouilles (Sud de l’Italie) est policier mais rêve de devenir acteur. Il va devoir infiltrer un monde étudiant en pleine effervescence. A l’université, il rencontre Laura, une jeune fille de la bourgeoisie catholique italienne, étudiante brillante et passionnée qui rêve d’un monde sans injustices, et Libero, leader du mouvement étudiant qui rêve de révolution. Entre eux trois naissent des sentiments et de fortes passions… Cette histoire s’inspire de l’expérience autobiographique de Michele Placido, policier, qui, une fois arrivé à Rome, décida de prendre le chemin de l’art dramatique… son grand rêve. (Allociné)

Présentation de quelques films italiens en version originale (italien)

 

« Les Clowns » (I Clowns) est un film italo-franco-allemand tourné en 1970 par Federico Fellini et sorti en 1971.
Depuis sa précoce enfance, Fellini est attiré, voire subjugué, par le cirque. Il entreprend ici une sorte de voyage nostalgique à la rencontre des anciens clowns et de leurs souvenirs.


« La strada » est un film italien réalisé par Federico Fellini et sorti en 1954.
En Italie, Zampano, un rustre costaud, forain ambulant spécialisé dans des tours de force, « achète », à une mère misérable, la gentille Gelsomina, une fille lunaire. Voyageant sur les routes dans une pauvre carriole au gré des humeurs de Zampano, Gelsomina seconde celui-ci lors de son grand numéro de briseur de chaînes. Le reste du temps, Zampano la traite comme bonne à tout faire sans lui accorder plus d’attention. À l’occasion d’une de leurs étapes, Gelsomina est fascinée par le gracile « Fou » et son dangereux numéro de funambule. Mais pour une raison non connue Zampano est en confilt avec le Fou et l’intérêt qu’il porte à la jeune fille agace Zampano. Une dispute éclate entre les deux hommes au cours de laquelle Zampano tue accidentellement son rival puis maquille le meurtre en accident. Choquée, Gelsomina bascule dans la folie et Zampano finit par l’abandonner. Quelques années plus tard, en entendant une jeune femme chanter la chanson favorite de Gelsomina, il apprend la mort de cette dernière. Pour la première fois de sa vie, le colosse s’effondre en larmes sur la plage. (Wikipedia)


« Totò, Eva e il pennello proibito » est une comédie de 1959, réalisé par Steno, avec Totò et Luigi Pavese.

PARTIE 1


« Totò, Eva e il pennello proibito » est une comédie de 1959, réalisé par Steno, avec Totò et Luigi Pavese.

PARTIE 2


 

« Messaline » (titre original : Messalina, Venere imperatrice) est un film italien (péplum) réalisé par Vittorio Cottafavi, sorti en 1960.
Le tribun Lucius Maximus, s’éprend de Valeria, une jeune vestale. À son retour de campagne en Arménie, il découvre qu’elle est devenue, en épousant Claudius, l’impératrice Messaline, dont les exactions exaspèrent la population. Et tandis que Messaline éliminera les uns après les autres tous ceux qui lui font obstacle, Lucius Maximus restera partagé entre son amour pour elle et sa répugnance pour ses crimes. Un jour Messaline décide d’éliminer Claudius, une décision que n’admettra pas Lucius qui participera à sa fin. (Wikipedia)


Attention il faut activer les sous-titres en italien en bas à droite de la vidéo. Pour cela cliquez sur paramètre (roue crantée) puis cliquez sur sous-titres en enfin sélectionnez « italien ».


« Senza identità » est un film thriller-action de 2018 réalisé par Jaume Collet-Serra, tiré du roman de Didier van Cauwelaert.
Alors qu’il se trouve à Berlin pour donner une conférence, le docteur Martin Harris est victime d’un grave accident de taxi. Il tombe dans le coma et se réveille plusieurs jours plus tard, à l’hôpital. Sa vie a alors basculé. Personne, pas même sa propre femme, Elizabeth, ne le reconnaît.





« Nell’anno del Signore » est un film de 1969, écrit et réalisé par Luigi Magni. Il fait partie de la trilogie avec In nome del Papa Re (1977) et In nome del popolo sovrano (1990). Ce film traite du lien entre le peuple et l’aristocratie romaine.


« La vie de Léonard de Vinci » (en italien)
Partie 1


« La vie de Léonard de Vinci » (en italien)
Partie 2

Présentation de quelques films français en version originale (français), sous-titré en italien

 

« Le Silence de la mer » est un téléfilm franco-belge réalisé par Pierre Boutron, sorti en 2004, adaptation des nouvelles de Vercors : Le Silence de la mer et Ce jour-là. Il a été récompensé de trois prix au Festival de la fiction TV de Saint-Tropez en 2004 : meilleur téléfilm, meilleure interprétation féminine pour Julie Delarme et meilleure musique pour Jean-Claude Nachon et Angélique Nachon. (Wikipedia)


Attention il faut activer les sous-titres en italien en bas à gauche de la vidéo. Pour cela cliquez sur paramètre (roue crantée) puis cliquez sur sous-titres en enfin sélectionnez « italien ».