repas-journée-italien

Les repas de la journée




Contrairement à ceux que nous avons pu voir sur certains sites ou blogs, les italiens ne sont pas comme les espagnols, qui eux prennent des repas à des heures tardives. Le peuple italien mange, à quelque chose près, aux mêmes horaires que les français. Ainsi, le petit déjeuner, ou prima colazione/colazione, se prend le matin avant d’aller en cours, au travail et pour les autres après le réveil. Les italiens, à l’instar, des français ne sont pas des adeptes de la nourriture salée à ce moment de la journée. En effet, ils préférerons une tartine beurrée avec de la confiture et un café au lait à, comme les allemands, les anglais voire les américains, du fromage, du bacon et des œufs.

Nous déclinons ici ces différents moments des repas de la journée :

I momenti del pasto …

La colazione / prima colazione (6h – 9h) (1)
Il pranzo (12h-13h30)
La meranda (16h)
L’aperitivo (19h)
La cena (19h- 21h)
Il dolce
Il caffè
Il digestivo / pussacaffè

Les moments du repas …

Le petit-déjeuner
Le déjeuner
Le goûter
L’apéritif
Le diner
Le dessert
Le café
Le digestif

(1) Les fourchettes des horaires des repas sont données à titre indicatif.

 

Structure d’un repas à l’italienne

Les repas italiens sont généralement organisés de la manière suivante et dans cette ordre chronologique :

L’antipasto ou antipisti (que l’on pourra traduire en français par hors-d’œuvre, ou apéritif) peut être composé de charcuterie (salame, prosciutto …) ou de légumes, voire de légumes farcis, d’olives, de tomates séchées ou de toute sorte d’amuse-gueules, d’amuse-bouche et de petits plats tous plus délicieux les uns que les autres.

Parce que chaque région italienne possède ses spécialités propres, les mets que vous retrouverez dans vos plats en guise d’antipasto/antipasti dépendront du lieu où vous les dégusterez.

Il Primo (que l’on traduirait par « premier », entendu comme « premier plat chaud à déguster »).

Il est généralement matérialisé par un plat de pâtes (spaghetti, penne, gnocchi, farfalle …) accompagné de sa sauce ou dans le plus simple appareil (2) « aglio, olio e peperocino » (ail, huile et piment).
Cela peut être également du riz, ou un risotto, voire d’un minestrone (une soupe de légumes).

Il secondo (que l’on traduirait par « second », entendu comme « second plat chaud à déguster »).


Il se compose, généralement, d’un plat de viande ou de poisson, accompagné, ou non, d’un contorno (accompagnement de légumes ou de salade). Ce plat n’est jamais servi avec des féculents, à l’exception du pain, c’est-à-dire qu’il n’est servi sans pâtes ni riz.

Il formaggio (le fromage)

Tout comme en France, le fromage garde une place de choix dans la structure d’une repas à l’italienne.

Il est existe dans ce pays une grande diversités de fromages. Parmi ceci, on citera les plus connus : il gorgonzola, la ricotta, il pecorino, il provolone ou la mozzarella. Un petit coup de cœur en matière de formage et qui peu connu est France, c’est la scamorza. Qu’il soit fumé ou non, qu’il vienne des régions du Piémont, du Molise, des Abruzzes, de la Calabre, de la Campanie ou des Pouilles, ce formage est subtilement délicieux et enchantera les palais aussi bien avertis que celui des novices.

Il dolce, que l’on pourrait traduire par dessert, est, classiquement, le met sucré que l’on mange en fin de repas.

Celui qui est incontournable et internationalement connu et reconnu, est il tiramisù qui signifie littéralement « tire-moi vers le haut » ou « redonne-moi de l’énergie ou des forces », est une pâtisserie, dont l’origine est certes incertaine mais qui, selon certains, fut inventée dans la région Frioul-Vénétie Julienne, qui se situe dans le nord-est de l’Italie, à proximité de la Slovénie et de l’Autriche.

Il caffè, que l’on écrit café en français, fait partie intégrante de la culture italienne.En général, il vient ponctuer les repas.

En ce sens, le café italien ne ressemble vraiment pas à celui qui est bu dans la plupart des pays. Il est servi court « stretto » concentré avec un minimum d’eau ajoutée. Il est fort et contrairement à ce qui se pratique ailleurs, le café se boit en 10 secondes chrono. Vous serez étonné de voir qu’un italien qui commande un café au comptoir dans un bar, s’il est venu que pour le prendre son café, quittera les lieux dans la minute qui suit l’absorption du précieux liquide. On peur dire, et l’expression ne sera pas galvaudée, que les italiens se jettent un café. Il est a préciser que plus de 96 % des adultes italiens sont des consommateurs de café.

Cette boisson peut également être accompagné d’un nuage de lait que l’on nommera caffè macchiato, notre café noisette. Attention, il ne faut pas confondre caffè macchiato avec il cappuccino.

Pour préparer ce dernier, ce n’est pas un simple nuage de lait qui est ajouté au café mais du lait sous pression (dans les bars, ils utilisent la pression des percolateurs) qui a un aspect crémeux. Il cappuccino que l’on traduit par capucin (moines religieux) en français tire son nom de la couleur des soutanes que portaient ces religieux qui était marron claire.

Il digestivo, que l’on traduit en français par digestif, peut être servi exceptionnellement en fin de repas.

Il limoncello est une boisson alcoolisée à base de citron, certaines liqueurs et « amaro »  sont quelquefois servie en fin de repas, pour aider, comme il est dit de manière triviale, la digestion. Dans certaine famille on n’hésite pas à mélanger le café avec des eaux de vie très fortes, comme la grappa.

Le terme pussacaffè est également utilisé dans certains régions pour désigner ces alcools (cognac, whisky…), liqueurs, amari (liqueurs amères concoctées à base de plantes) et autres eaux de vie (grappe, pluriel de grappa), qui aident, soi-disant, la digestion de se faire plus rapidement et dans les meilleurs conditions. Disons que c’est ce que l’on pensait autrefois, et essentiellement dans les milieux de l’aristocratie italienne, voire austro-hongroises, des siècles précédents, et repris dans les familles populaires italiennes, où boissons alcoolisées et cigares étaient consommés pour ponctuer les repas, est tout à fait faux aujourd’hui. Nous nous permettons de vous rappeler ici, sans moralisme aucun, que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

(2) L’expression « dans le plus simple appareil » remonte au XI ème siècle, où « appareil », « apparere » en latin signifiait « préparer ». L’appareil a pris le sens par la suite d’apparence, ce qui signifie que l’expression « dans le plus simple appareil » désignait le fait de ne pas avoir pris beaucoup de temps pour se préparer.